Retour vers l'Accueil

Patrimoine

L'ancienne gare

Le bâtiment de la gare date de la fin du XIX ème siècle. Il répond au schéma typique des stations de chemins de fer bretons. Le Président Félix Faure y fit une halte en 1896. Le bâtiment abrite aujourd'hui la base des roulottes hippomobiles du Centre-Bretagne.

L'ancienne gare

L'église

Eglise de Locmaria-Berrien

Il s'agit de l'une des plus anciennes églises de la Région. Elle fut édifiée à la fin de l'ère romane. Cette église est remaniée en plusieurs fois : d'abord en 1690 puis en 1725 où la tour du clocher est restaurée et un escalier à vis lui est accolé. Le choeur fut rebâti en 1830.

A l'intérieur, on trouve plusieurs statues anciennes : celle de la Sainte Trinité, de la Vierge-Marie, de Saint Claire, La Vierge à l'Enfant, l'autel de St Etienne et ses angelots. A l'entrée Nord de l'église, il y a la pierre tombale de Guillard de Kersauzic (1er Maire de Locmaria).

Le Pont ar Goret

Ce pont du XVIIIème siècle enjambe l'Aulne. Il est bâti sur le trajet de l'ancienne voie romaine reliant Carhaix à Morlaix. Formé de 3 arches reposant sur des piles à bec, l'ensemble est surmonté d'un parapet appareillé en grandes pierres de taille.

Le Pont ar Gorret

Les Chênes

Le 25 Juin 2003, dans le cadre de l'opération "200 arbres pour retrouver nos racines", l’association A.R.B.R.E.S. (Arbres Remarquables Bilan, Recherches, Etudes et Sauvegarde) a attribué le label "ARBRES REMARQUABLES DE FRANCE" pour le travail accompli par la municipalité de Locmaria-Berrien, pour entretenir, préserver et sauvegarder les chênes pédonculés (quercus pédonculata):

circonférence de 4,62 m et 5,90 m à 1m du sol.

Les Arbres Remarquables font partie du patrimoine collectif et doivent être préservés en tant que tels.

Ces 2 chênes creux près de l'église dateraient du 16ème siècle.

L'ancienne Mine de Plomb Argentifère

Cette mine, vraisemblablement exploitée du temps des Celtes (1er siècle avant notre ère), et ensuite par les Romains, fut très active au XVIème siècle, mais son âge d'or fut les XVIIIème-XIXème siècle (1750-1866).
Les cadres étaient pratiquement tous étrangers, quelques Anglais au départ, mais surtout des Allemands, dont les compétences technologiques en développement et exploitation minière étaient alors reconnues en Europe.

Les laveries de l'ancienne mine

La main d'oeuvre non qualifiée était locale. Les anglais venaient du Pays de Galles et de Cornouailles, les allemands du Harz, Saxe et Bavière.

La Compagnie des mines de Basse Bretagne (1732), propriétaire de la concession, exploitait ce gisement et celui de Poullaouën situé à 7km à l'Est.
Elle employait, fin 1770, 1300 personnes sur les sites, et 400 à l'extérieur (transport du minerai, travail du bois en forêt pour les galeries et carbonisation pour les fourneaux des fonderies). C'était la plus grande mine du royaume.

Arrêtée en 1866, l'exploitation fut reprise au XXème siècle, plusieurs fois, mais sans grand succès, et s'arrêta définitivement en 1934.

Pour plus de renseignements, visitez le site de l'ancienne mine de plomb argentifère.

Le canal supérieur

retour